| Curiculum Vitae | Voyages | Tsuki No Ko (chanson) |
| Uchronie (Chansons & Poésie) | Lavendière (conte) |
| Ona Youma (conte) | Marshrutka (Voyage) | Eloe Feuille de Til (Poèmes) |

a
| Le Quercy (photos) | Jérémy Baduel (<p>Photographe</p>) |
| Plein la tête | Pure Sake is Good (Saké) | Yuiko Tsuno (Kamishibaï) |
Minuit entre deux mondes
Poesie
Il est minuit entre deux mondes
 
Il est minuit entre deux mondes
Dans l’epaisseur du temps j’ai oublié ma montre
Ou sont rangés les rêves ?
Personne ne le dit, personne ne le sait
Les enfants dorment sur ce secret
 
A l’écart du gyrophare de l’ambulance
Dans la douceur chaude des lessives
A l’abri du tournis des regards
De l’indifférence
Dans la blancheur excessive
De la nuit
Un homme de nulle part
Dort dans une laverie
 
Il est minuit entre deux mondes
Dans l’epaisseur du temps j’ai oublié ma montre
Ou sont rangés les rêves ?
Personne ne le dit, personne ne le sait
Les enfants dorment sur ce secret
 
Ceux qui l’ont vu marcher
Lentement
Difficilement
Tout le jour, dans le quartier
Maudiront ce soir ses diatribes nocturnes
Aux terrasses des riches
Il à vu la luzerne et rêve d’un pégase
Cheval chauve-souris, robe couleur de nuit
 
Il est minuit entre deux mondes
Dans l’épaisseur du temps j’ai oublié ma montre
Ou sont rangés les rêves ?
Personne ne le dit, personne ne le sait
Les enfants dorment sur ce secret
 
Pour les rayons de lune
Qui font un feu de joie,
pour quelques chats noir
ou parce qu’il a froid
Il casse le silence
Il hurle dans les cours
Il chasse sa démence
pour que s’allument les étoiles
aux balcons des immeubles
 
Il est minuit entre deux mondes
Dans l’epaisseur du temps j’ai oublié ma montre
Ou sont rangés les rêves ?
Personne ne le dit, personne ne le sait
Les enfants réveillés connaissent son secret :
 
C’est dans sa jeune vie
Qu’une nuit, vers minuit
Une belle amnésie à coupé au rêveur
Ses amarres terrestres
Un vieux loup blanc
Poesie
Un vieux loup blanc au costume élimé
Venant à s’abreuver un soir
Se prit à raconter,
Affable,
A un comptoir,
Ses plus belles histoires,
Ses roses, ses papillons et puis ses indes.
 
Il trouva deux oreilles roses
Sous des bouclettes pâles
Et un sourire au coin des yeux
qui n’en connaissaient pas
Mais lui était affable
et avait du soleil
Et du blé sur la langue
à partager pour deux
 
au clair de lune Sur l’oreiller
Ses cheveux de loup blanc
Faisaient comme un soleil d’été
avant de se coucher
allongée Elle songea
que si rien n’était vrai
rien valait bien cela
par les temps qui courraient
 
Il brodait des histoires typiques,
imaginait des lieux,
des personnages, et puis des rues
qu’il ne connaissait pas
Comme il levait les yeux, elle devinait un peu
Mais elle le laissait dire, sourire c’était mieux
Comme il levait les yeux, elle devinait un peu
Mais elle le laissait dire, sourire c’était mieux
Encore une marine...
Poesie
A gouter de la mer
Les charmes qui scintillent
Qui s’en vont, qui reviennent
C’est, presque nue, la toile
Qui m’accapare entier
 
Mais toi piquée, tu joue
Tu dévoile au soleil
Ta silhouette, femme fine
Galbe dansant
A contrejour
 
A contretemps
Couchant le jour
C’est en silence
Que s’emballe la samba !
De tes pas étouffés
 
Toujours c’est sur le sable
Un jeu de séduction
Afin que je délaisse
Mes études marines
Avant le soir
 
Toujours l’heure est choisie
Quand tu viens me troubler
Quant la lumière seule
Parviens me combler
Mais ne soit pas jalouse
 
Car la nuit c’est ton ile,
Et dans un petit temple
On murmure a la mer
La prière païenne
En goutant l’algue amère
J'ai tué l'amour dedans son œuf
Poesie
J’ai tué l’amour dedans son œuf
Grain de beauté, osé, couché
Sur le berceau d’osier froissé
Que dans mon cœur j’avais tressé
 
J’avais attendu d’autres fleurs
Des fleur que j’avais effleuré
Des fleurs que je n’ai pas cueillis
J’avais attendu d’autres fleurs
 
Elle c’est fanée de trop attendre
Et quand j’ai vu ses yeux se clore
Dedans mon âme j’ai songé
C’est l’amour vain qui viens d’éclore
Il y a , creusé dans ma guitare
Poesie
Il y a , creusé dans ma guitare
Une viole aquatique, orientale un peu
Libérée, lâchée ivre
Comme une lame sèche et souple
Sur la toile
 
Elle fait des cris de chat
De drôle diable
Et puis
D’un trait elle coupe
Ainsi
Elle inachève les musiques
Faussaire
Album photo

Une croisière en méditerranée, au faux charme ancien.
rêvez d’une odeur de vieux grenier.

Monologue
Poesie
Il ne t’efface pas, le temps
Il te fait
Reflet
 
La nuit,
Blanc des yeux
Vitrine, verre et liqueur, flaques
 
Un rien deviens miroir
Et tout m’est un pretexte pour te parler.
Théophane
Poesie
Théophane
 
Petit cheval de Bohème
Charie une cariole de mots
Bondissant en paroles, il carracole
Il viens me toucher
Et souffle à mon oreille
 
"Théophane"
C’est le nom aerien
Qui telephone aux réves
En langue des mystères
Il dit un don d’etreinte
Un long moment d’aimer
Beau dans son deploiement
 
Théophane
Grand cheval de bohéme
Charie ta cariole !
Bondit en paroles et carracole !
Nous allons trouver les étoiles
En haut des monts kyrgiz.


2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2014 2015 2016 2017 2018 2019